Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur


Chaîne YOUTUBE
Sur votre écran de salon connecté "

>
REPLAY

WebTV




" PRESSION OU STRESS A LA PETANQUE - PARTIE I "
« PRESSION OU STRESS A LA PETANQUE – PARTIE N°1 »
A VOS CLAVIERS, COMMENTEZ CET ARTICLE !!
Il est important de préciser ce que l’on entend par la notion de stress.
En effet ce mot est souvent prononcé et pas toujours à bon escient.
C’est le professeur Hans Selye qui le premier a décrit et étudié le stress dit : « Syndrome Général d’Adaptation ».
Une majorité de gens ont une vision négative du stress or le stress est nécessaire à la vie de l’être humain.
Il est la conséquence de notre interaction avec l’environnement et nous permet de nous adapter à de nouvelles situations.

 
Nous parlerons dans cet article des effets du stress dans la Pétanque de compétition.
Le mot le plus souvent employé dans notre discipline pour évoquer le stress est celui de pression.
On dit d’un joueur qu’il a la pression quand il se met à rater des coups qu’on le voit réussir presque toujours dans des conditions qui lui sont favorables et en particulier à l’entrainement, le soir devant les copains.

La Pétanque induit une forte réactivité émotionnelle.
Il est donc important de savoir gérer son stress si on veut être en mesure de faire valoir toutes ses qualités dans le cadre de la compétition.
Tout d’abord une remarque : « On parle de stress positif et de stress négatif ».
  • Le stress positif est celui qui booste la performance.
  • A contrario le stress négatif est celui perturbe les automatismes en compétition, qui atteint la confiance en soi, qui sème le doute et qui provoque des pertes de lucidité sur la façon de conduire le jeu.
Il correspond à un état de tension interne qu’il faut pouvoir identifier.
Le stress négatif épuise rapidement le sportif.
Il est source de tensions musculaires, parfois de mots de tête et comme je viens de le rappeler, il est très énergivore.
Alors vous me direz : « Comment le combattre ? ».
Devant ce problème, nous sommes tous inégaux.
De plus, il fluctue au cours de la vie.

 
Alors vous me direz : « Certains ont résolu le problème !! ».
Vous avez tous autour de vous des copains qui avant de commencer la compétition, se mettent quelques blancs dans le cornet avant de jouer.
Sans cela, les boules ne leur sortent pas des mains.

C’est quelque  chose d’assez insupportable pour moi, mais à ce jour en dehors des déclarations d’intention, rien de sérieux n’est fait pour les en empêcher.
Comme je ne veux pas sortir du cadre de cet article, je vais m’arrêter là.
Ressentir de la pression dans une phase de jeu est quelque chose de normal, c’est de ne pas arriver à la gérer qui pose problème.
Quelques exemples concrets :
  • Le joueur qui encourage avec force ses partenaires, ou qui parle sans cesse, cherche souvent à échapper au stress qui le ronge.   
  • Certains joueurs semblent absents, regardent à droite et à gauche. Puis au moment de jouer, lancent leurs boules avec précipitation, comme s’ils voulaient s’en débarrasser.
 
Jouer avec un partenaire constamment stressé est une vraie difficulté ».  
Le joueur stressé représente un handicap pour le bon fonctionnement de l’équipe.
Il risque de perdre la lucidité nécessaire pour jouer correctement ses coups.
La relation avec ses partenaires peut aussi se dégrader au fil des mènes.
Le joueur qui reste trop longtemps sous tension, se  vide littéralement.


Lutter contre le stress est donc une nécessité pour tenir sur la durée des compétitions.
Pour lutter contre son stress, faut-il encore le reconnaitre, admettre qu’on en est victime !!
Et c’est souvent là que le bas blesse !!

Beaucoup de Pétanqueurs sont dans le déni.
Des lors, il est leur est impossible de commencer un travail sur eux pour en atténuer les effets délétères.

Dans le second volet de cette publication, j’essayerai de donner quelques pistes pour lutter contre le stress négatif.
Le livre que j’ai écrit : « PETANQUE, quand tu nous tiens ! », contient plein de choses sur ce sujet.

Les lecteurs le considèrent comme une référence sur notre sport. 
Vous pourrez le trouver sur mon blog: http://www.blogpetanque.com/passiondujeu/, ainsi qu'à la FNAC ET CHEZ CULTURA 
Mes amitiés sportives.

Frédéric !!



 
 

 

Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest
Commentaires (2) | Rédigé par Frederic Nachin le Lundi 23 Mai 2022 à 19:05
J'ai plaçé cette photo, car Angélique reste pour moi le meilleure joueuse Française de part sa connaissance approfondie du jeu et son bagage technique.
J'ai plaçé cette photo, car Angélique reste pour moi le meilleure joueuse Française de part sa connaissance approfondie du jeu et son bagage technique.
« PREPARATION A LA COMPETITION ».
Jouer à la Pétanque, ce n’est pas balancer de la ferraille à longueur de journées.
Si l' on souhaite être performant  en compétition, ce n'est pas le bon chemin.
Beaucoup de joueurs m’interrogent sur leur manque de régularité.
La régularité est le socle sur lequel va s'appuyer le bon joueur de Pétanque.
Acquérir cette qualité essentielle demande un travail bien conduit.
La ritournelle qu'on ne cesse d'entendre: " un jour j'y suis, un jour j'y suis pas ", n'est pas une affirmation sérieuse.
Elle illustre d'ailleurs le fait que la plupart des Pétanqueurs n'ont pas une approche sportive de notre discipline.
Ceux qui n'ont pas acquis un gestuel stable devront être patient.
En effet sans une technique aboutie, la régularité n'est pas atteignable.
L'adaptation technique vous permet de vous reprendre à un moment où vous perdez vos repères.
Il est indéniable que quand on commence à jouer aux boules, il est indispensable de lancer un grand nombre de boules et ceci le plus régulièrement possible.
En effet, il faut laisser le temps au cerveau d'imprimer les séquences gestuelles.
Pour les joueurs qui ont acquis un bon bagage technique
Les séances d’entrainement devront être  bâti sur des objectifs précis.
Certains continuent à jeter des tonnes de boules, mais cela s’avère à terme nuisible.
Mon ami Joel Durier à appris à ses dépends les méfaits du surentrainement.
Après un échauffement sérieux souvent négligé, on travaille sur deux ou trois exercices.
Exemple:
- Tir à la sautée de 6 à 9 mètres.
- Tir de la boule jumelée de 6 à 9 mètres
- Tir d'une boule placée sur un socle de 6 à 9 mètres.
Les parties dites "d’entrainement" sont de même une perte de temps.
Elle ne prépare en rien à l'âpreté de la compétition.
A votre demande, je pourrais vous présenter un exemple de séance d'entrainement spécifique.


On pourra aussi parler une autre fois de la préparation mentale.
Je vous invite à vous procurer mon ouvrage : 
« Pétanque, quand tu nous tiens ! »,  qui vous permettra d'avoir une vue d'ensemble de notre discipline.
 Ce livre vous apportera beaucoup sur les domaines techniques et tactiques, ainsi que sur la cohésion de l’équipe et la préparation  mentale.
Avec mes amitiés sportives,
Frédéric NACHIN.

 
 
 
 
 
 

 

Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest
Commentaires (0) | Rédigé par Frederic Nachin le Jeudi 17 Mars 2022 à 09:33
1 2 3 4 5 » ... 65