Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur
> La Boutique Boulistenaute

" Courage on lit jusqu'au bout!! "


" AVEC OU SANS LE POUCE - VOLET N°2 "
AVEC OU SANS LE POUCE  - VOLET N°II
Voici donc le second épisode de cette problématique.
C’est un sujet pertinent, car ces deux techniques sont utilisées par les champions.
Vous aurez donc tous ce problème à résoudre et j’espère vous apporter dans ces quelques lignes, matière à vous positionner !!
Placement du pouce pour le tir.
En ce qui concerne le tir, les deux techniques peuvent être utilisées. Quelques bons tireurs gardent le pouce accolé à la boule.
Ce n’est pas pour cela qu’il vous faut les imiter.                                                     Il vous appartient de trouver par l’expérimentation, la prise qui vous apportera le meilleur rendement.
Il vous faudra donc effectuer des séries de lancers, pour juger de l’efficacité des deux prises.
Ces exercices devront être programmés sur plusieurs semaines et il faudra bien sur les réaliser avec le même type de boules.                                               
Le Pétanqueur doit se garder de croire qu’il a trouvé la solution miracle après joué quelques parties où il aura été en réussite avec un changement de prise. 
Je connais trop le joueur de boules pour omettre de lui signaler cette évidence.                                                                                                                          Pour ma part et comme une majorité de tireurs, je n’utilise pas mon pouce pour envoyer ma boule.
Ce faisant, certains joueurs pourront trouver avantage à conserver le pouce collé à la boule. Cela leur permet de fixer le poignet au moment du lâcher.
Cette technique peut être intéressante pour les joueurs qui ont une  fâcheuse tendance à tortiller du poignet au moment du lacher.
Il m’est arrivé d’utiliser ce procédé dans des périodes de doute où je faisais pas mal de travers.
Cela m’a permis de me remettre en confiance.
Mais cela est resté transitoire.
Mais attention, cette prise de la boule maintenue avec le pouce à son revers !!
Cette affirmation peut vous sembler curieuse, mais la raison en est simple !!                          
Chez certains pratiquants, j’ai noté qu’ils obtenaient l’effet inverse de celui recherché.
En effet, le pouce peut à la moindre crispation excercer une forte pression sur la boule.
Et Patatrac !!
Le résultat en est un gros écart transversal !!
Un « narri » !!
Un « nanard » !!
Un « brochet » !!                                                                             
Rappelons qu'avant toute chose, avec ou sans le pouce, il faut tenir la boule sans crispation.
Or c'est souvent là que le bas blesse!!


Ce faisant, il faut inlassablement travailler sa sortie de main.
Avant le début d’une partie, à l’échauffement, je tire souvent des boules à 4 et 5 mètres.        

Il y a toujours un badaud pour me dire, mais tu ne joues pas en minime !!
Dans mon for intérieur, je me marre !!
Je travaille tout simplement le lacher de ma boule !!                                           
J’ai ainsi tout le temps de voir si ma main sort bien à plat et je m’efforce d’écarter les doigts pour faciliter le départ de la boule.

C’est ce geste d’ouverture de la main qu’il faut répéter à l’infini.
Comme le rappelle très bien Robert Bruno dans son ouvrage :                           

«  Finalement, peu de personnes jouent sans un léger coup de main ».     
       Je dis souvent : 
« Jouer sous main parfaitement droit est un don de Dieu » et pourtant je ne suis pas croyant.                                                                                                       Sur que c’est un avantage certain, lorsque l’on débute spontanément comme cela !!         
Mais, rassurez-vous !!
C’est comme tout !!
Ça se travaille !!
Comme je l’ai déjà dit, on rencontre ces deux techniques chez les joueurs de haut niveau.
Le choix de la prise peut se faire sans que le pratiquant en prenne conscience.
En effet notre cerveau fait parfois bien les choses !!
Comme chacun le sait, quand on réfléchit un peu trop, c’est souvent là que les choses se compliquent !!
Mais c’est une étape nécessaire à franchir, pour réaliser de nouveaux progrès !!

 
Dans ce choix de jouer avec ou sans le pouce, peut intervenir un problème de morphologie de la main.
Les individus qui ont de longs doigts peuvent enrouler plus facilement la boule et avoir ainsi de bonnes sensations.
Comme j'ai pu le dire, le lancer de la boule sans le contrôle du pouce réclame au pratiquant une exécution parfaite.
La boule doit s’échapper par le bout des doigts.

Si vous ne parvenez pas à réaliser ce geste à la perfection, vous remarquerez que vos doigts restent légèrement fléchis, comme crochus au moment du lâcher.                                      
Cela témoigne d’une ouverture de la main précoce, avec comme corollaire une boule qui échappe de la main.
Le risque étant de tomber court ou de n'être pas droit, en forçant au moment de l’envoi.

Dans ce cas, l'utilisation du pouce légerement replié au niveau de la première phalange de l'index permet de lâcher la boule au moment optimal.
On peut avoir l'impression de mieux la guider en force et en direction.

Pour ma part je conseille à tous les joueurs qui le peuvent de jouer sans le pouce.
Le pouce est un élément perturbateur.
De plus il faut savoir que les sensations sont maximales au bout des doigts.
Qui plus est, jouer sans le pouce libère le poignet et permet de contrôler les effets à merveille.

 
J’espère que cette publication vous apportera de précieuses indications pour vous approprier l’une ou l’autre des deux techniques.
Retrouvez-moi dans le livre « PETANQUE, quand tu nous tiens ! », que vous trouverez sur ce site.
Avec mes amitiés sportives !!
Frédéric NACHIN.
 
 
 

 

Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest
Commentaires (0) | Rédigé par Frederic Nachin le Jeudi 5 Mars 2020 à 12:00

" Un sujet important "


" AVEC OU SANS LE POUCE - 1°VOLET "
« AVEC OU SANS LE POUCE » - Premier volet – Commentez !!
 
A l’origine cette question a été soulevée par notre collègue Raymond Ager.
A ce jour beaucoup de personnes m’interrogent sur ce sujet.
La problématique du jour est :
« Jouez vous en tenant votre boule avec ou sans le pouce ? »

Ce n’est pas un sujet anodin et il mérite une réflexion approfondie.
Je suis convaincu du fait qu’il ne faut pas imposer à un joueur, telle ou telle tenue de boule.

Il en est de même pour toutes les techniques, que l’on soit débutant ou compétiteur aguerri, c’est l’expérimentation qui vous permettra de déterminer ce qui vous convient le mieux.
Il est même possible que vous soyez amené à changer la prise de votre boule.
Robert Bruno affirme dans son ouvrage, avoir mis beaucoup de temps à trouver la façon de tenir sa boule.

Chacun sait, que dans les périodes de doute que nous traversons tous, cette question d’utiliser ou non le pouce ne manquera pas de surgir.
Il faut profiter des ces périodes de perte de confiance en son jeu pour expérimenter et travailler sur ce sujet.
Puis il convient pour étudier dans le détail cette question de distinguer le point du tir.
Placement du pouce pour le point.
1°) Lorsque l’on pointe, on doit laisser une grande liberté au poignet pour qu’il puisse effectuer des mouvements dans tous les plans.
Je déconseille donc de laisser le pouce en contact avec la boule pour pointer.
En théorie, l’utilisation du pouce devrait être possible.
Mais l’observation montre que le fait de placer le pouce sur la boule rend le mouvement moins fluide. Le pouce peut-être un facteur limitant de l’efficacité du geste.
Plaqué sur la boule, il limite la flexion du poignet et entraine un moins bon contrôle de l’effet rétro donné à la boule.

Rappelons que cette maitrise de la boule, permet au joueur de régler la course de celle-ci, après être tombé dans la donnée qu’il s’est choisi.
ATTENTION : Rappelons à ce propos, une erreur classique commise par un grand nombre de joueurs au moment de pointer.
Si le joueur est trop long sur son premier lancer, il lui arrive de changer de donnée et alors, comme par hasard, il se retrouve bien trop court.
C’est une mauvaise pratique. Car, sauf erreur grossière de choix de la donnée, il convient d’utiliser la même pose et de mieux doser la course de sa boule.

2°) Le pouce est souvent responsable de coups de main parasites.          
Celui-ci transmet à la boule un effet latéral que l’on ne contrôle pas.
Néanmoins, il peut-être utile pour imprimer à celle-ci un effet de gauche à droite pour un joueur droitier, mais il ne sera d’aucune utilité pour imprimer l’effet inverse.         
                                                 

3°) De façon générale il limite l’efficacité des techniques à l’appoint.                  Certaines personnes s’imaginent pointer avec le pouce collé à la boule.
Mais dans les faits, lors de la prise d’élan à l’arrière du corps, celui-ci se dégage  pour laisser la boule glisser dans les doigts et faciliter ainsi le lancer. C’est pourquoi, il est nécessaire d’être filmé pour se rendre compte de la façon dont on opère, car le cerveau ne prend pas d’informations quand le bras est à l’arrière du corps.

Nous étudierons la position du pouce pour le tir dans le 2°volet.
 Amicalement, Frédéric
 
 
 

 

Facebook Twitter LinkedIn Digg Google Tape-moi Reddit Meneame Viadeo Pinterest
Commentaires (0) | Rédigé par Frederic Nachin le Jeudi 5 Mars 2020 à 11:08
1 2 3 4 5 » ... 65
L'Actualité Boulistenaute.com




www.atelierdaysym.com