Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur




Association de Défense et de Promotion du Jeu Provençal
> La Boutique Boulistenaute


Personne ne l'avait jamais fait avant eux et c'est donc une grande première qu'ont accomplie Eric ONDE et son fils Kévin en remportant ce 43éme championnat de France doublette au Jeu Provençal. Jamais un père et un fils n'avaient pu revêtir ensemble le maillot tricolore en triplette comme en doublette et c'est ici à Castelnaudary que les deux Saint Louisiens ont réussi l'exploit en triomphant en finale des valeureux et surprenants représentants de la Charente Maritime Thomas Rabat et Romain Nambot auteurs d'un fantastique parcours sur le score de 13 à 8. 

Epilogue d'une superbe performance et d'un championnat qu'ils ont dominé de la prémière à la dernière partie, écrasant même quelques parties avec une facilité déconcertante comme ce quart de finale de samedi soir qu'ils pliairent en 34 minutes chrono et 3 mènes (4+4+3 et sept boules frappés sur 7 pour Kevin Onde...) contre les parisiens de Reigaza et Dos Santos qui venaient pourtant de sortir le duo Kerfah Rio...Un gros appoint du papa Eric Onde qui a su trouver le bon biais, la bonne hauteur de boule et le lacher idéal, un tir de ball trap du fiston très efficace tout le week end, et on a vite compris qu'ils seraient pas loin du graal...Et le samedi en 8ème il y eut comme un passage de témoin entre les tenants du titre de Marvin Romero et Fabien Ripert contre les futurs champions qui ont nettement dominé cette partie terminant sur un tir au but réussi de Kevin Onde, ce dernier revenant à 12 mètres et permettant au bucco rhodaniens de glisser les 4 points manquants...Ensuite en demie le lendemain matin les Saint Louisiens s'imposaient facilement face aux surprenants normands du Calvados de Damien Alix et Julien Lequesne sur le score de 13 à 3...

Restait la finale où dans ce championnat à surprises ils avaient la lourde charge de défendre l'honneur de la Provence toute entière, assaillie de toute part depuis deux jours et demi par toutes sortes de courtisans, et en dernier lieu par les étonnants et remarquables joueurs venus de l'Ouest de la France et de la Charente Maritime, les jeunes Thomas Rabat et Romain Nambot, assurément sans complexe et rêvant eux aussi d'un nouveau et ultime coup d'éclat...Et on se disait que ce duo dans ce championnat s'était un peu fait le coupeur de tête des équipes familiales...Oui vous lisez bien, les frères Rousseau Jean Patrice et Laurent du Gard en 16ème, le Père et le fils Lepart (Fabien et Daniel) des Alpes de Haute Provence en 8éme et les frères Pédragosa (Thierry et Patrick), les catalans champions de France en titre en triplette qui se voyaient achevés sur une mène de 5 points des charentais...

Alors on se disait dans la série ça pourrait être compliqué pour la famille camarguaise...Mais après une première passe où ils laissaient 3 points à leurs adversaires, Eric et Kévin mettaient la machine en route et revenaient à leurs fondamentaux, appoint de proximité, tirs de défense ou de rapport et ajouts fructueux...12 points de rangs dessinaient déjà les couleurs bleu et blanche d'un maillot naissant...Une mène de gagne comme on en rêve avec un frappé gagné où Kevin manquait triple et les jeunes charentais quasi morts sur table, ne baissaient pas les bras et à la mène suivante revenaient à 8...Mais sur la dernière passe, ils usaient toutes leurs munitions sur un bel appoint de côté d'Eric Onde qui pouvait serrer fort son fils dans ses bras de colosse...

Pour la première fois aussi des joueurs de Port Saint Louis et pensionnaires du club au joli nom de Boule Fatiguée Saint Louisienne devenaient champion de France au Jeu Provençal et en plus en tant que père et fils, double renommée en un seul coup et sans mauvais jeu de mots, véritable Onde de choc !




Je note avec beaucoup d'humilité que mon article de présentation à flirté avec la faillite totale, les Onde sauvant le coup, car sur les quatre équipes en demies, je n'en avait cité qu'une (la bonne heureusement) les 3 autres n'étant pas dans ma présentation et notamment les remarquables aveyronnais de Montoya et Soulages qui ne baissaient pavillon qu'en demie face aux jeunes charentais 13/3, alors que les deux jeunes joueurs du Calvados Damien Alix et Julien Lequesne, remarquables eux aussi et pétanqueurs de formation s'inclinaient sur le même score face aux futurs vainqueurs, mais eux aussi après un parcours de titans.


Ces surprises montrent encore que le doublette reste très très ouvert, que les parties en 11 points ne pardonnent pas à qui démarre mal, que les jeux tracés sur des stades sablonneux nivellent énormément les valeurs et favorisent les envoyeurs et on l'a bien vu ici notamment avec les remarquables Nambot pour le CD17 ou Alix pour le CD14, mais elles apportent de la fraicheur, un vent nouveau, avec des jeunes qui n'en doutons pas vont se prendre au jeu et au plus beau des Jeux...Le Jeu Provençal.

A condition qu'on ne le dénature pas trop et qu'ils ne deviennent pas un jeu sur-arbitré, (deux arbitres par jeux avec surveillance permanente et parfois zélée et ciblée sur les joueurs du sud...), au point de risquer d'en faire un jeu plus proche de la Lyonnaise ou d'une pétanque allongée que du Jeu Provençal original et originel...

C'est un vieux débat qui revient toujours mais dont nous ne pouvons faire l'économie. Alors SVP, ce jeu, c'est vrai est fait de règles et a un règlement mais de grâce, n'oubliez jamais qu'il y a l'esprit et la règle, et qu'aux origines du Jeu Provençal, il y avait une opposition forte et une non adhésion au Jeu Lyonnais également appelé Jeu National, les créateurs du Jeu Provençal refusant des régles de jeu trop strictes...Sans parler des aspects sociologiques de cette pratique et de sa ressemblance avec les moeurs provençales dont elle était le reflet...Longueur de temps et convivialité.

On pourrait en parler pendant des heures...La société évolue, les choses changent c'est vrai, tout va plus vite, tout est codifié, numérisé, pré formaté, forfaitisé...On nous dit c'est comme ça, c'est l'époque, c'est le "progrés", on nous assiste en tout, nous guide, nous vend du prêt à penser et là presque du "prêt à jouer"...Mais par pitié ne dénaturons pas trop le Jeu Provençal, cette Longue si bien nommée pour sa distance et son temps, nous risquerions d'y perdre notre âme...






Article de présentation :

Il y a deux ans pour le France triplettes ici même nous avions titré "Cassoulet Royal"  et cette année pour ce Championnat de France de Jeu Provençal Doublette qui se déroulera encore à Castelnaudary du 06 au 08 septembre prochain nous reviendrons au classique moins croustillant avec "Un fauteuil pour deux", trône qui sera très convoité avec des luttes s'annonçant particulièrement serrées.


Quels champions sauront ne pas trop abuser de la spécialité locale et de ses à côtés  pour revêtir le dimanche soir la plus belle des tuniques, le fameux maillot tricolore et entendre sans doute la Marseillaise la plus envoûtante de leur carrière ?


C'est avec un grand plaisir que les meilleurs spécialistes de la longue distance prendront la route de la capitale du Lauragais et de l'Aude dans un Comité qui sait recevoir et qui l'a encore prouvé depuis plusieurs années  pour les France doublettes et triplettes. Ici on aime le Jeu Provençal et on y joue avec de belles équipes qui progressent chaque année et rivalisent aujourd'hui de plus en plus régulièrement avec les teams de PACA et du Gard.



Alors qui succédera aux Gardois Marvin ROMERO et Fabien RIPERT,  sacrés  l'année dernière dans leur jardin du Parc Foucault à Montauban où ils l'avaient déjà emporté en 2015, à moins qu'ils ne succèdent à eux même ce qui est tout à fait possible et remportent ainsi leur troisième titre en duo ce qui les rapprocherait du record détenu par les frères Stievenart sextuples vainqueurs et eux aussi gardois  ? Quel équipage  saura déjouer tous les pièges du stade sablonneux de terre ocre  pour se parer du maillot bleu blanc rouge tant recherché.


Voici comme chaque année une liste d'équipe (32) pour vous aider à vous faire une idée, mais sans dévoiler mon pronostic personnel même si naturellement j'ai ma petite idée...Mais pour respecter la tradition je délivre encore ma désormais traditionnelle et lapidaire formule "difficile de se prononcer surtout quand on connaît la noble incertitude de notre jeu favori" et les aléas qui peuvent surgir au coin d'une donnée qui casse, comme dans un contre pourri sur un tir décisif...Sans oublier le petit plus, la chance, le fluide invisible qui habitera les futurs champions et sans qui les grandes choses ne peuvent se faire...


En ce début septembre la chaleur bien sûr aura une grande importance et il faudra être très résistant pour s'imposer, il conviendra aussi de s'adapter au sable des jeux qui pourraient se révéler traîtres à l'appoint mais beaux à tirer... Des absents de marque cette année sont à signaler comme Ben Mostefa Rouvin, Stievenart Serrano, Terreno Gaudilliere, mais aussi les Matraglia, Domenge, Sorrentino, Gosselin, Assigal, Valdes, Ph Roux, Fontani, Mellado, Bonnet, entre autres ce qui donnera à coup sur un championnat trés ouvert et cela promet un grand spectacle notamment au tir car il ne faut pas s'y tromper le doublette Jeu Provençal est le plus beau des championnats et le plus attrayants à suivre.



Quelques grands favoris cette année avec 4 paires qui semblent se détacher en amont, et de sérieux outsiders dans une deuxième liste (comme ça c'est plus simple...) Alors bonne lecture, bon pronostic à tous et surtout que les meilleurs gagnent dans la beauté de la Longue !




Grands favoris (4) :






127  ROMERO M RIPERT F (CD30 Champions de France en titre) : Sacrés l'an dernier à Montauban, ils viseront naturellement un doublé et une troisième couronne dans la catégorie..Marvin est dans une forme étincelante cette saison et collectionne les grands résultats dans le super challenge et les nationaux (finales au Provençal, La Tour d'Aigues, Montauban,  et nombreuses victoires dans le Gard dont Vauvert...). Fabien Ripert qui est souvent retenu professionnellement joue peu mais sera prêt, c'est une certitude. Parés du Maillot il sera bien difficile de leur enlever et ils sont donc dans les favoris logiques à leur propre succession. Premier choix naturel.




92 KERFAH A RIO R (CD83) : Le phénomène Anthony KERFAH est de retour au France et il aura à coeur d'y briller et pourquoi pas de revêtir à nouveau le maillot tricolore 12 ans déjà après son premier sacre avec son frère Manu à Tournefeuille contre Ferret et Sigal...  Robin RIO sera un peu l'inconnu et un partenaire inédit mais le duo à déjà montré d'énormes qualités lors du drapeau varois  et un gros potentiel. Incontournables.




71 PEDRAGOSA P et T (CD66) : Tous récents champions de France par trois à Montauban avec Cédric CAZORLA, les frangins catalans seront en quête d'un exploit encore jamais réalisé dans l'histoire : remporter les deux titres nationaux au Jeu Provençal dans la même saison ! Ils en sont capables comme en témoigne la grande forme de Patrick récent vainqueur à Montauban. En confiance et donc redoutables !






9 MARTINEZ J TORRES F (CD06) : Les azuréens ont les moyens de battre tout le monde surtout si l'efficace Julien Martinez  est en ligne. Bien complété par un Fred TORRES expérimenté, toujours accrocheur et gagneur en diable, ils peuvent se mêler à la lutte finale...Très complémentaires. Du lourd.





Sérieux prétendants et gros outsiders (28) :




10 RIZO D BONDIL F (CD06) : Les deux sympathiques mouansois sont encore qualifiés dans un comité trés relevé. Complets et patients ils feront partie des équipes peu faciles à manier. Des qualités certaines.



70 EGIDO JM VIGUE JM (CD66) : Les catalans sont de vieux routiers du doublette malgré leur jeune age, et ils avaient déjà atteint la finale à Vergéze il y a plus de 20 ans, perdant avec beaucoup de regrets face aux dromois Rynck et Lienard. Ils se connaissent parfaitement, comme deux frères et sont vraiment très complémentaires. En forme car ils viennent de remporter le national de Montauban avec un des Pédragosa. Dans les gros outsiders !



38 BLANC O BONZI O (CD30) : Les deux gardois sont des compétiteurs nés et ils ont reformé un duo qui avait déjà obtenu de beaux résultats dans la décennie précédente. Expérimentés ils ont déjà un gros vécu depuis quelques années dans le circuit où ils collectionnent les résultats même si ils sont moins en vue cette saison avec des pépins physiques pour le Boeuf. Très complices ils auront eux aussi leur mot à dire. A prendre au sérieux.



54 DASNIAS E BUA J (CD45) : Souvent présents dans les France les deux copains  ont une belle  force de tir et se connaissent parfaitement. Le pétanqueur de talent Eric DASNIAS qui succéde à Trembleau, associé au charmeur et excellent tireur Julien Bua, voilà qui a toujours de la gueule. Des gros outsiders. 




74  MONNAND J PERRET P (CD74) : Avec son style bondissant le sympathique Jacky Monnand et son co équipier seront sans complexe et tenteront de créer de nouveaux exploits...Donc attention à ceux qui pourraient les sous estimer...Toujours intéressants.



46 VIVENZA L CHENAL T (CD38) : Les deux potes isérois avaient créé la sensation il y a deux ans en intégrant le carré en triplette ici même et ils sont souvent qualifiés ensemble. Equipe profil de coupeurs de têtes. 



126 ABRUZZO F MICHEL P : Finalistes il y a trois ans à Quillan et en forme cette année, le duo de Midi Pyrénnées  affiche encore de solides atouts et de belles qualités morales. Un gros mental et des atouts certains.



119 MEJAN L RICCI JL (Occitanie) : Encore une fois présents les joueurs gardois sont souvent qualifiés et ont une grosse expérience du France Jeu Provençal. Laurent MEJAN fut même finaliste du triplette face à Giordanengo Auzet Bovo il y a dix ans à Nîmes...Nul doute qu'il se seront bien préparés et qu'ils vendront encore chèrement leur peau. Coriaces et opiniatres.



91 RAULY JP TOSATO T (CD82) : Les deux  sympathiques  montalbanais voudront marquer le coup et dans un fief qu'ils connaissent bien et tout près de leurs terres...L'homme à la moustache style brigade du tigre et son pote JP sont en forme et si la chance récente de Montauban les accompagne, ils peuvent naviguer avec bonheur... Toujours à suivre.



5 LEPART F LEPART D : Le talentueux Fabien LEPART finira bien par crever l'écran et quoi de mieux qu'un France doublettes pour cela ? Avec son père Daniel, les bas alpins au jeu attractif  devraient charmer le public et pourquoi pas rentrer dans les parties finales. Potentiellement dangereux.



126 POUTET F SANCHEZ P (PACA) : Les deux potes de la Boule Vallier collectionnent les bons résultats cette saison et seront de sérieux postulants au carré notamment sur des jeux qui devraient leur convenir. Patrick Sanchez s'est qualifié en triplette et doublette dans le CD13 ce qui est un exploit alors que Fred Poutet est en forme comme en témoigne ses récents résultats dont Sainte Rosalie. Une vraie belle chance.



22 CHAVE D LEBRETON C (CD13) : L'expérience de David CHAVE déjà sacré dans la spécialité à Beaucaire en 2009 (avec Roger Gouiran) associée à Christophe LEBRETON  font des bucco rodhaniens de sérieux clients avec qui la moindre de faute sera fatale...Un gros mental et des atouts pour avancer. Très bel outsider.




21 ONDE K ONDE E (CD13) : Encore Champions du 13 au Jeu Provençal les deux pensionnaires de la Boule Fatiguée de Port Saint Louis commencent à être des habitués des France et nul doute qu' ils seront toujours aussi déterminés pour obtenir enfin un sacre tricolore ensemble, père et fils, ce qui serait une première...Surtout après leur demie finale à regrets de l'an passé. Ils seront encore à prendre très au sérieux.



30 RINCK Y FARE M (CD26)  : Emmené par l'expérimenté Yves RINCK champion en 1998 à Vergèze avec Lienard et vice champion l'année suivante ici même à Castelnaudary contre les frères Stievenart, les nyonsais seront encore de sacrés clients avec l'artilleur Faré qui est capable de belles moyennes. Du métier et du talent. Des qualités certaines.




101 PERRIER R SIREYZOL F (CD91) : Voici encore des joueurs chevronnés du France doublette où il se sont souvent illustrés portant toujours haut les couleurs de l'Essonne. Cette année encore ils se seront bien préparés pour être au top et gare à ceux qui les snoberaient...A surveiller.



81 REIGAZA S DOS SANTOS D  (CD75) : Des habitués du France pour l'Ile de France,  ils peuvent créer la sensation si ils prennent confiance. Des arguments !




121 ROUSSEAU JP ROUSSEAU L (Occitanie) : Les cévenols jouent peu à la longue (mêmes si Laurent pratique plus sur Marseille)  mais ils savent y jouer avec patience et application, ainsi ils ont déja atteint les carrés de plusieurs beau concours du circuit PACA . Pétanqueurs de grand talent ils seront encore à suivre. Durs clients.





78 SAUZE L CORRENOZ J (CD73)  : Une des équipes régulières aux France depuis quelques années,  les savoyards  souvent placés mais jamais gagnants seront une des curiosités. Trouble-fête évidents.



77 ROCHER B et T  (CD72) : Pétanqueur de talent le papa ROCHER  a tous les atouts pour briller au Jeu Provençal et notamment le calme, le sang froid, l'adresse et l'expérience...Avec son frère ils ne seront pas des cadeaux sur ces jeux et gare à ceux qui les prendraient à la légère...Equipe cactus type...



90 LAVILLEDIEU L MATA T (CD82) : Souvent qualifié, Loic Lavilledieu et son pote seront ultra motivés pour porter haut les couleurs de l'US Montauban et auront pu se jauger lors du National cher à Alain Garces qui précéde le championnat. A suivre attentivement.




17 CHAROT A BONIFAS A (CD11) : L'excellent Alain Bonifas est de retour et sur ses terres SVP... Galvanisée par le fait de jouer à domicile, ils s'agit d'une doublette  alliant patience et minutie qui sera dure à faire plier.  Des combattants.




118 TRIGANCE Ph RAYNAUD A (Ile de France) : Les franciliens sont souvent qualifiés pour les France, et à un moment donné leur qualités vont éclater au grand jour. Pourquoi ne pas voir ici à Castelnaudary voir le nom de Trigance bien connu des boulistes s'illustrer ? Outsiders types.





6 PARA L AUDEOUD S (CD05) :  Laurent PARA était aussi qualifié en triplette ce qui signifie qualité et régularité dans un département des hautes alpes toujours très relevé au Jeu Provençal.  Solides et appliqués voici des joueurs qui ne baisseront pas facilement pavillon. Coriaces.



7 BREMOND C MICOUD F (CD05) : Encore des hauts alpins dans le même style que leurs copains avec un Fabrice Micoud qui s'est déjà qualifié et qui prend de l'expérience. Dynamiques et volontaires ils ne pardonneront pas la fantaisie. Du potentiel.




49 FAIVRE M SIMON B (CD39) : On le sait le Jura brille souvent au France doublette et on se souvient de la perf de la famille Binda, de Tournier ou de Fraichebois...Avec Faivre qui est un habitué les franc comtois vendront chèrement leur peau et peuvent créer plusieurs surprises. Pourquoi pas ?



75 XISTO JM CLAUDY W (CD70) : voici deux pétanqueurs de talent qui pourraient contrarier beaucoup de spécialistes de la longue distance tant leur adresse est certaine et leur application intacte. Avec le récent champion de France Pétanque Winter Claudy, nous reverrons avec plaisir le bourguignon Jean Michel Xisto qui fut longtemps une pointure nationale au court jeu. Une curiosité.




37 COSTE Y HERAUD L (CD30) : ils ont fait impression au Cailar et Laurent Héraud le douanier est un joueur complet aux deux jeux qui monte lentement mais sûrement dans le tableau d'honneur gardois. Avec le patient et calme Yvon Coste il s'agit d'un duo avec des atouts.  S'en méfier.



35 IBOR L GUIN JC (CD30) : Champions du Gard un peu à la surprise générale, mais ils n'ont pas usurpé leur titre, les deux copains seront sans complexe et si ils débutent bien ils peuvent encore coupe des têtes en Lauragais...A ne pas négliger.



Liste non exhaustive bien sûr et que ceux que je n'ai pas mentionnés n'en prennent pas ombrage et au contraire soient encore plus motivés pour se révéler et montrer que c'est sur le terrain que les parties se gagnent. Mes prévisions  lors du France triplettes à Montauban m'incitent à la plus grande modestie et à la prudence. Vive le Jeu Provençal qui en est le reflet...




Vincent MEGER "Raoul30" - Août 2019 - Tous Droits Reservés

 


Rédigé par Vincent MEGER le Samedi 31 Août 2019 à 11:35 | Commentaires (0)


André JULLIEN monta légèrement la jambe sur son dernier pas si caractéristique, trajectoire parfaite, choc métallique, secousse tellurique et joie indescriptible dans une sarabande improvisée pour ce frappé gagné unique avec ses potes Julien RAVOTTI et Roger CASINI, et point final de 102éme Provençal de haute lutte au grand dam des valeureux finalistes Gérard SIGAL Marvin ROMERO et David SORRENTINO qui n'avaient pas démérité...


Pour parler de ce Provençal 2019 comment ne pas commencer par Little Big Man vous l'aurez reconnu Roger CASINI, coqueluche du public dans le carré, numéro un à l'applaudimètre d'avant finale, le gentleman de Saint Maximin est enfin parvenu à inscrire son nom au Palmarès du Provençal à 72 printemps..."Fais de ta vie un rêve...Et de tes rêves une réalité..." voilà l'élégant petit bonhomme au sourire inaltérable pouvait succomber à l'émotion et lâcher ses larmes de joie avec cette formule assurément inoubliable "j'ai jamais eu autant de frissons qu'en cet été..." Et comme ne pas évoquer cette équipe apparemment constituée à la dernière minute et qui a su développer les plus belles affinités jusqu'à la parfaite alchimie avec l'armoire Julien RAVOTTI en pointeur envoyeur et le discret mais au combien efficace André JULLIEN en artilleur de gala.


Du côté de SAINT MAXIMIN et de la Boule Provençale chère à Dédé PAYAN on pouvait faire la fête et sabler le champagne, assurément dans ce fief du Jeu Provençal déjà pourvoyeur en vainqueurs du Provençal comme Serge BREMOND (encore en quart cette année...) Serge LOMBARDI  Dédé GASTALDI ou naguère Dédé DOZOL BENEDETTI et BARLES les anciens...



Alors feed back sur une finale quelque peu décousue, où dans un premier temps les rouges de CASINI prenaient un bon départ pour virer à 6/0 en trois passes avec un coup de chance à la 3éme méne ponctuée de 3 points...Une boule manquée de justesse avec un but qui sortait sur une mène qui paraissait favorable et voilà que l'équipe SIGAL se reprenait à la faveur de meilleurs appoints de Marvin ROMERO qui campait au but pendant 3 mènes bien secondé par David SORRENTINO qui ajoutait bien lui aussi...La team SIGAL virait alors en tête 7/6 et semblait totalement remise en selle, mais patatras un but envoyé un peu loin, des appoints à nouveau approximatifs et l'équipe CASINI qui semblait à l'agonie se refaisait une santé avec 3 nouveaux points pour reprendre le maillot à 9/7...Après deux jets de buts non valides des varois, l'équipe SIGAL décidait de laisser le but à 18 métres sur le côté et hélas pour elle le grand RAVOTTI entamait bien par un joli point qui allait écouler les six boules adverses...Patiemment les futurs vainqueurs pointaient pour rentrer, et ainsi arriver au fameux frappé gagné évoqué en introduction, sur lequel André JULIEN ne tremblait pas et faisait basculer son équipe dans la folie et soulever les supporters dans les tribunes...Une finale comme tant de finales où l'enjeu a pris le dessus sur le jeu et ou seul André JULLIEN dans ses tirs et Marvin ROMERO dans ses appoints (élu meilleur joueur de la finale) ont réellement tiré leur épingle du jeu.



Un peu à l'image de cette 102éme  édition du concours, où chaque jour aura vu son lot de surprises et ses têtes couronnées tomber, comme si ceux devenus favoris le temps d'une soirée devaient être dans l'éphémère pour chuter le lendemain...Mais c'est quand même à noter, la quasi totalité des spécialistes étaient au rendez vous des huitiémes de finale mercredi matin hormis la team KERFAH MATRAGLIA MELLADO (grande favorite) battue express par PIRONTI GRISERI ASSIGAL en 32éme au terme d'une non partie...


Ensuite les équipages GOMEZ A, TERRENO, HERZOG, SECCHI, PIRAS, KOURANE, NEGREL, CANU, GOMEZ F, BEN MOSTEFA, PIRONTI  entre autres échouaient avant que les équipes STIEVENART LASSABLIERE REINHARDT (contre les tenants du titres de LANZI) BRANDELLO PLAN et MARRALE (battus par CATUREGLI), GREGOIRE SANCHEZ P et PAOLUCCI (contre SIGAL) et BREMOND OLLIVIERI MARTINEZ (contre CASINI) ne cédent en quarts aux portes du stade.



En demies dans la fournaise du carré, dressé prés du bassin dans le prolongement du Château Borely, CASINI et le siens mâitrisaient sans suspens les tenants du titre Denis LANZI Michel DAINA et Benjamin PELLEGRINI auteurs à nouveau d'un grand concours et qui en étaient à leur 18éme partie sans perdre depuis l'an dernier ! Bravo messieurs !

Dans l'autre demie SIGAL et les siens prenaient un peu plus de temps pour mettre à la raison les accrocheurs et talentueux tropéziens de Gilles CATUREGLI Pascal MARTEL et Gilles TROPINI battus à 7 et qui ne pouvaient retrouver la finale qu''ils avaient atteint ici même en 2013 (perdue contre BEN) et malgré un parcours remarquable où ils avaient écarté de grosses parties (dont SALOUM MARCHAND POURROY et BEN MOSTEFA ROUVIN GIORDANENGO...)



Alors c'est vrai on a senti un renouveau sur ce Provençal avec 768 équipes (+41 VS 2018) mais cela reste fragile et il y eut une vraie ombre au tableau avec l'indisponibilité du Parc Borely le dimanche matin pour l'ouverture en raison de la tenue très discutable et malvenue d'un Triathlon peu suivi...On a noté aussi quelques couacs dans l'organisation, notamment plus de polos à partir des 16émes (restrictions budgétaires ?) et pour le Petit Provençal (remporté par Eric et Kevin ONDE associé à Stéphane COLOMBO contre Claude GUIDONI Claude PANZANI et Maurice MOULET devant 102 équipes) une gestion des terrains hasardeuse, mais cela devrait être gommé l'an prochain, espérons le. 



Voilà à l'heure ou résonnait la COUPO SANTO dans la plus pure tradition du Provençal, un petit bonhomme qui avait quasiment tout gagné pouvait lever une coupe presque plus grande que lui, sécher les larmes de ses yeux bleus et rire aux éclats avec ses deux co équipiers...CASINI RAVOTTI JULLIEN les joueurs de SAINT MAXIMIN étaient au paradis, au SAINT MAXIMUM !




Vincent MEGER "Raoul30" - Juillet 2019. 



 



Rédigé par Vincent MEGER le Vendredi 26 Juillet 2019 à 13:19 | Commentaires (1)


Samedi soir veille de Provençal, c'est le grand Jérome son frère de jeu qui m'a appelé pour m'annoncer la nouvelle "Gilbert est décédé..." 

Même si nous étions tous très inquiets depuis des mois, nous redoutions ce moment et finalement c'est au coeur de juillet que Gilbert QUILES s'en est allé, deux mois après avoir fêté ses 64 ans et trois ans quasiment jour pour jour après son Président historique pour Volx Momond LOMBARD...

Gilbert c'était l'ami de tous les joueurs et les témoignages d'affection et de sympathie qui affluent aujourd'hui en sont la preuve absolue, et c'était aussi un homme remarquable dans son travail, un patron apprécié et un père de famille aimant et comblé. Il aimait les autres et le monde.

Et puis bien sûr quel grand champion au Jeu Provençal à ce poste de tireur ou il éclaboussa la fin des années 90 et la décennie 2000 de son efficacité et de sa puissance, toujours avec sourire et bonhomie.

Sous les couleurs de Volx et de Manosque il va remporter les plus grands succès toujours associé à son compère/complice le longiligne Jérome ESTRANG, jusqu'au Graal avec ce maillot tricolore de Champion de France Triplette remporté de haute lutte au Pontet avec Jeannot BLANC, en 2001 face aux bucco rhodaniens Puce GUIDONI, Serge PENNA et Christian BAUMIER...Et cette année là aurait pu être historique si avec Jérome ils n'avaient pas échoué en finale du France Doublette à Auch face aux invincibles frères STIEVENART qui trustaient les tuniques tricolores au deux en deux (6 en 7 ans). Quel palmarés aussi dans les classiques avec les plus beaux joyaux de la couronne à l'actif de celui qu'on aimait appeler "Gibe". Les Grand Prix ou Nationaux de Toulon (1998) La Tour d'Aigues (2001) Digne (2004) Pertuis (2009) Brignoles (2005) Volx (2006) Sainte Tulle (2011) Le Rove (2011) tombent ainsi dans sa "gibe...cière", avec un dernier carré à Gap en 2015 en forme de révérence à sa passion.

Gilbert était un vrai tireur au style particulier, qui faisait souvent sautiller la boule de tir dans sa main au départ, et qui semblait écraser sur son premier pas pour mieux dérouler ensuite, et il avait une qualité particulière pour l'appoint notamment à l'envoi, ce qui n'est pas toujours le cas chez les tireurs d'élite. Combatif il l'était et le resta jusqu'au bout dans ce dernier défi que lui avait lancé cette horrible maladie hélas implacable.

A son épouse et à ses deux enfants, à ses nombreux amis et surtout à Jérome son frère d'acier qui est inconsolable et on le comprend, nous adressons nos plus douces pensées et nos sentiments amicaux dans ces difficiles moments.

Gilbert est parti mais nous garderons toujours en mémoire sa course d'élan atypique, son allure, sa bonne humeur et son sourire...La haut son regard doux et paternel brille déjà...


Vincent MEGER  dit "Raoul30".
 


Rédigé par Vincent MEGER le Lundi 22 Juillet 2019 à 11:28 | Commentaires (1)
1 2 3 4 5 » ... 52




{partial} {/partial}