Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur




Association de Défense et de Promotion du Jeu Provençal
> La Boutique Boulistenaute

Il vous reste

Pour en profiter !

Votre triplette
La Boule Bleue

Livraison & Gravure
OFFERTE
Un bombardier à l'inamovible casquette blanche jouant avec des obus du 80 750 et à la voix de ténor prénommé François...Un pointeur Capitaine, ancien footballeur de talent,  stratège hors pair et meneur d'hommes né s'appelant Vincent, et leur cousin Roger boucher de son état mais aussi milieu à tout faire et accrocheur en diable...Une distribution familiale, équilibrée et efficace pour une saga bouliste de plus de 25 ans.

Voici des images qui ont marqué ma jeunesse et mes débuts que je vous propose aujourd'hui de découvrir ou de redécouvrir en remerciant Roger de me les avoir transmises.

Une équipe particulièrement dure à jouer et à battre, pratiquant un jeu d'un classicisme absolu, qui a réalisé de nombreux exploits dans le Midi Libre s'inclinant hélas 3 fois en quarts de finale à la porte des arènes, mais se qualifiant également trois fois pour le championnat de France en 1973 à Paris, 1977 à Hyeres et 1981 à Sisteron. Les idoles boulistes de notre jeunesse et de notre village de Jonquières Saint Vincent, nous suivions leurs exploits et ils nous ont donné le gout et la passion du Jeu Provençal et du Midi Libre !

Une pensée pour François hélas disparu et pour Vincent qui a raccroché depuis un moment, on se rappelle encore de ses "Allez François !"  et un grand Merci à Roger pour ces superbes et rares images.

Vincent MEGER "Raoul30"




Rédigé par Vincent MEGER le Vendredi 9 Février 2018 à 20:20 | Commentaires (0)

Cela fait 10 ans qu'il nous a quitté, mais il est toujours présent dans toutes les mémoires...La légèreté de ses pas, sa classe folle et son adresse sans égal sont en nous pour l'éternité, alors ayons une pensée émue pour le Blond, sans doute le plus beau des joueurs de Jeu Provençal qu'il nous ait été donné de voir. J'ai remis ci-dessous l'article que j'avais écrit en ce début février 2008 quand il est parti rejoindre les étoiles, lui l'homme aux sept étoiles du Provençal, l'homme de tous les records et le premier de l"histoire à atteindre les quatre titres majeurs (Provençal Midi Libre et les deux maillots nationaux en triplette et doublette).

Lui il ne jouait pas en survêtement, il tirait bel et bien à trois pas posés, et il incarnait une façon de jouer aujourd'hui hélas disparue qui a donné au Jeu Provençal ses lettres de noblesse et ses plus belles images.

Alors Merci Blond !

Le plus fort ? Le plus grand ? Le plus titré ? Le plus beau ? Tout simplement l'UNIQUE !

Une pensée pour sa fille adorée Chanel et pour tous ceux qu'il aimait.



Article du 5/02/2008 pour Boulistenaute :


De la Belle-de-Mai au Parc Borely, de la Roseraie au Stade Calanotti, de l'Estaque à la Pointe des Goudes, du Vélodrome à la Canebiére... Marseille est triste en cet hiver... Dédé MASSONI est parti sur la pointe des pieds, un peu comme sur un dernier tir avec ce style dont il avait le secret...

 


De Franck Racanelli à Bambi Pironti, du Japonais à Loule Benoit-Gonin, de Milou Lovino à Robert Matraglia, d'Alain Cortés à Néné Macari, de Serge Deluy à Pétou Caglieri et à l'aigle noir, le grand Calanotti qui aurait pu lui offrir un premier provençal à 16 ans, tous pourraient vous dire que, s'il n'y avait qu'un champion à retenir, ce serait bien Dédé MASSONI... Le Crack : ce pur-sang qui, sur sa classe, vous fait gagner les courses... le Cacou, le vrai, ce phénomène qui n'a pas de limite et qui ne connait pas la peur... Celui qui peut se permettre en finale du Provençal 82, alors qu'il vient de finir son troisième pas et de lâcher la boule, de crier à Franck RACANELLI : "Tu as gagné !!!" devant une foule en liesse ...

GAGNER : ce drôle de verbe symbole de puissance et de gloire qu'il a su si bien apprivoiser au Jeu Provençal : en effet il est le seul et unique à avoir remporté les 4 titres majeurs de notre sport : Champion de France en doublette et triplette et vainqueur du Provençal (7 fois record aujourd'hui quasi inaccessible !...) et du Midi Libre...

De La Seyne à Chevilly Larue, des Jardins de la Fontaine au Pré de Beaucaire, de Bernis à Brignoles, de la Tour d'Aigues à Montauroux, de Pertuis à Toulon, d'Avignon à Laragne et, bien sûr, dans les allées du Parc Borely, partout où sa silhouette gracieuse s'est dépliée dans cette étrange danse rituelle qui n'appartenait qu'à lui, il a éclaboussé les lieux de sa classe et subjugué la foule par son adresse ...

Partout où il a joué, partout où il a gagné, partout où il a perdu, partout où il s'est trompé et où il s'est égaré, il a toujours incarné à merveille le mythe marseillais : la jeunesse insouciante et audacieuse, la classe, l'adresse, la gloire... mais aussi parfois le vice, le jeu, les mauvais pas, le châtiment, la prison... puis le retour et de nouveau la gloire éphémère avant de nouveau la chute... Un personnage qui aurait pu appartenir à un roman de Jean Claude IZZO... Tout au long des trente dernières années, il aura fasciné tout un peuple marseillais qui l'avait affectueusement surnommé "le Petit" à ses débuts, puis "le Blond" et finalement "Dédé"...

Enfin il me revient en mémoire une anecdote que j'avais pu vérifier lors de ses grandes victoires au Provençal ou à Beaucaire. Dédé avait un style inimitable et tirait sur la pointe des pieds. Et bien, quand il était en grande forme, son pied arrière sur le pas de tir était lui aussi sur la pointe !!! Là il y avait danger et il volait littéralement sur les boules... Si la fatigue se faisait sentir, il posait son pied arrière à plat, mais restait très dangereux... C'est un vieux monsieur qui m'a expliqué ça, un jour au Provençal, en 1983 et j'y faisais attention...

De partout à l'infini, il n'y avait que trois pas et pour la dernière fois il s'est élancé...

Adieu "Blond", Marseille ne t'oubliera jamais !


RAOUL30

PS1 : Merci de ne pas polémiquer sur l'homme André MASSONI, ici il ne s'agit que du Champion, accordons lui ce moment de répit.


 
 
A gauche, André Massoni "le Petit" en short, il n'a que 18 ans, lors du Midi Libre à Nîmes en 1969; à droite, "le Blond" en demi-finale du même concours dans les Arénes de Nîmes, quelques années plus tard en 1974...

 


 
 
 

André Massoni "Dédé" en pleine action lors de la finale du concours Le Provençal en 1982 (photo "jacpetanque")
 

Rédigé par Vincent MEGER le Samedi 3 Février 2018 à 20:24 | Commentaires (0)
Voeu Provençal - Conte de Noel - Nouvel An
Le Mistral glaçait le clocher de Banon. Là haut, tout là haut dans la vieille église les statues craquelées escortaient les derniers fidèles d'un regard fatigué. Dehors la neige tombée la veille avait poudré les toits comme on sucre des oreillettes et le vent s'en amusait comme un enfant soufflant sur un gâteau...

A la nuit je revins impatient lire ce ciel Haut Provençal clair et riche comme une crèche. Je pensai à d'étranges images et à de folles choses...A ce tireur passionné qui rêvait encore d'un tour du monde en faisant les trois pas, au vieux pointeur de marbre patient comme le temps et amoureux des données, à ce milieu complice caméléon du jeu qui décidait des mènes...A nos regards aussi...Je voyais les sourires de nos amis partis et j'entendais leurs voix tutoyer les anges et distraire les astres. En fermant les yeux je fis un rêve merveilleux, ils étaient tous revenus l'espace d'un instant finir cette partie que nous avions commencée ensemble...

Un des anges s'approcha de moi
Une boule à la main et la mit dans la mienne
Comme une alliance ancienne
De trois pas aériens
Il s'envola soudain
Me laissant sidéral
A mon Voeu Provençal



Vincent MEGER -  Tous Droits réservés

Bonnes fêtes de Noel  à vous tous, à vos familles et à ceux qui vous sont chers, offrez du bonheur, ça ne se démode jamais... Meilleurs Voeux pour la nouvelle Année, Santé et Bonheur à tous.

Rédigé par Vincent MEGER le Dimanche 24 Décembre 2017 à 15:49 | Commentaires (5)
1 2 3 4 5 » ... 52




{partial} {/partial}