Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur
> Boutique Boulistenaute 100% Pétanque

La vidéo du mardi soir : Odyssée des Champions : QUINTAIS vs DARODES

HISTOIRES ET ANECDOTES

Mercredi 17 Février 2010
LA BELLE AVENTURE EN PROVENCAL
L'histoire commence fin janvier quand Julien Baptiste m' informe qu'il ne pourra prendre part au championnat d'Allier doublettes de jeu provençal ; j'ai néanmoins le temps de me retourner pour trouver un partenaire appréciant ce jeu, et de préférence pouvant tirer.
Après démarches, la solution n'est pas si simple : contacts à Thiel, Dompierre, Moulins puis Cusset et Bellerive où l'ami Max (Larvaron) contacté le mardi doit demander à Gérard Farabet, licencié à Bellerive.
Ce dernier me laisse un message et l'entente est conclue le jeudi soir 12 février à moins de 48 heures de l'épreuve : il était temps...; il me dit qu'il n'est pas tireur et de mon côté je l'avertis d'une douleur au bras (droit) qui pourrait me gêner suite à une chute dans un escalier extérieur verglacé.
Ne t'en fais pas, nous jouerons avant tout pour participer ; à samedi.

Gérard, je le connais peu : nous étions opposés (septembre dernier) en finale de coupe d'Allier sans que le tirage au sort nous propose d'affrontement direct ; ce jour là, je me souviens surtout de sa doublette remportée avec JC Valcourt (13-12) après un renversement de situation face à V Chervy et J Baptiste, relançant du même coup une finale mal engagée pour les Bellerivois qui seront finalement battus 6 à 5.
Je m'en souviens aussi comme fidèle supporter des jeunes de l'école de Pétanque Bellerivoise où son fils évoluait avec brio (1/4 de finaliste des France cadets à ....Bellerive en 1998) : souvent je l'ai croisé à la fin des années 90, début des années 2000, les jeunes Thielois étant souvent opposés à leurs homologues Bellerivois.

Samedi matin, jour du championnat ; je suis au travail ; il neige et j'appelle Daniel Marchand qui devait m'emmener : je serai en retard ( comme souvent ) et il ne faut pas m'attendre ; je ferai le déplacement seul.
Retour chez moi, rapide repas et me voici parti à Bellerive sur le coup de 13h10 : je ne fais pas vraiement le trajet seul, écoutant du "Grégoire" ; j' arrive juste à temps pour retrouver Gérard à la table de marque, lancer quelques boules et attaquer face à Goninet de St Rémy.
Cette partie dure 2 heures et, nous sommes bien moyens ; ma douleur à l'épaule n'est pas trop gênante et on s'incline 11 à 7 dans une poule de 3 où il nous faudra attendre plus de 2 heures avant de disputer le barrage.
Pendant tout ce temps j'ai une disscussion avec un licencié de mon club, je vends quelques programmes de notre 1er régional (1er mai) à plusieurs connaissances du secteur Vichyssois, le temps passe et il est 18h au moment d'attaquer le barrage face à Goninet battu par Courteau (Cusset).
Nos adversaires, contrairement à la partie initiale, ne trouve pas la bonne carburation à l'appoint alors que notre jeu s'améliore : résultat, on l'emporte 11 à 5 en 1h 45 environ.

20 h : début de la première partie après les poules où nous sommes opposés à Chevalier (St Gérand) : d'entrée, sur un bouchon du pointeur adverse Gérard frappe et envoi le but à plus de 20 mètres ( mais oui il peut tirer), à 1 mètre quarante de la ligne de perte ; je vais rentrer à 30 environ de ma 3eme et Chevalier en pointant volontairement fort enverra ma boule hors du cadre : le coup est compté bon (très justement) ma boule étant à moins de 1,5 métre de la ligne de perte et nous voici menés 3 - 0.
Nous revenons assez vite et pointant mieux que l'équipe adverse pour s'imposer au final 11 à 5.
Il est 22 h quand nous attaquons la qualificative pour le lendemain devant Dumas (St Germain des Fossés).
Contrairement à la partie précédente c'est nous qui démarront fort devant des adversaires ne trouvant aucune solution à l'appoint ; à 10 - 0 ils débloquent leur compteur mais c'est trop tard et nous l'emportons 11 à 1 en moins d'une heure.
23 heures : je quitte le boulodrome et... je dois encore m'arrêter faire le plein pour rentrer ; je sais que demain je reviendrai seul, aucun Thiélois n'étant parvenu à franchir le cap des poules : dommage ; le rendez vous est conclu avec Gérard pour 7h45 , horaire fixé par les organisateurs pour le tirage des 1/8 de finale.

Après une courte nuit de repos, me voila reparti après voir signalé à ma femme qu'il reste de bonnes équipes : sous entendu, comme souvent je serai peut être de retour pour le repas de midi...
8h : c'est la queue pour le tirage au sort effectué dans l'ordre des qualifiés : je suis le douzième à me présenter et tire le N° 3 : verdict C Billaud et C Charpin autrement dit pas vraiement un tirage favorable, d'autant plus que les Vichyssois font le plein d'entrée : après un tir manqué sur un bouchon initial de Billaud on sert bien le jeu avec une 6eme boule à 30 devant, face à la boule du point : ce diable de Charpin réussira à rajouter 2 points à 10 du but en passant au fil de notre boule.....dur, mais bien joué.
Je comprends que la partie s'annonce difficile pour ne pas dire plus ; qu'importe, nous n'avons rien à perdre : il faut surtout bien pointer et allonger le jeu ce que nous faisons à la 4 eme mène alors que le score est de 1 à 4.
Cette partie, bien que trainant en longueur sera de toute beauté : nous sommes constamment menés au score mais on s'accroche : 7 à 10 après 3 heures d'horloge c'est dire ; moments où nos adversaires nous laissent bien involontairement une ouverture dont nous profitons avec 4 points à la sortie : 11 à 10 en notre faveur et victoire finale sur une dernière mène exceptionnelle à l'appoint qui tourne finalement en notre faveur grace à Gérard auteur du point de la gagne dans un trou de souris.

11H40 : on prend le verre de l'amitié avec 2 adversaires forcément décus mais très fair play ; la partie sur la dernière mène pouvait tourner à leur avantage avec plus de réussite.
On n'a même pas le temps de commencer notre 1/4 de finale face aux Cussétois Chapelle - Philipa alors que les 3 autres parties de 1/4 sont commencées depuis plus d'une heure.......

Gérard m'invite à déjeuner : chez lui on retrouve son fils Julien qui vient de s'incliner avec Gasc.....face à nos futurs adversaires (13 - 6).
On prend l'apéro et passons à table ( merci encore à son épouse pour le repas) ; on parle... foot et pétanque, des espoirs décus de Julien, footballeur clermontois de niveau national en catégorie jeunes ayant arrêté sur blessures, de son 1/4 des"France" cadets (pétanque) en 1998 qui aura longtemps laissé des traces...et à jamais présent dans les mémoires.
Avec Gérard, on se trouve même des points communs : 2 de ses collègues de travail habitent à moins de 500 mètres de mon domicile.
Il est déja 13h40, l'heure de retourner au boulodrome où nous seront dans 5 minutes.

Première mène catastrophe face à Jojo Chapelle et je crains déja le pire : finalement on encaisse 3 points, le strict minimum.
Il faut immédiatement se réveiller, en face le pointeur Cussétois est performant : sans s'affoler on marque et recollons au score alors que nos adversaires connaissent une sérieuse baisse de régime.
Du coup, nous en profitons et finissons par l'emporter 13 à 4 : on est en 1/2.

L'autre partie du dernier carré est déja engagée mettant au prise Métayer - Guillaume (Bellerive) face à Romano -Benahmou (Moulins) 4 joueurs que je connais bien : pour moi, et vue les forces en présence, c'est une finale avant l'heure sachant que ces 2 équipes disposent de plus d'arguments au tir.

De notre côté, nous sommes opposés à une association du secteur Montluçonnais Dumont (Vallon) et Charbonnel ( Domérat ) : je dis à Gérard que c'est du 50/50 comme la partie précédente ; il faut surtout continuer un appoint régulier sur des jeux longs.
Mais on change de terrain et personnellent je vais peiner à trouver de la régularité, Gérard aussi d' ailleurs, mais nos adversaires, vainqueurs de Dupuys - Da Silva (St Victor) en 1/4, ne font pas mieux.
Progressivement nous prenons le dessus (10 - 4) : après avoir encaissé une mène de 3 on manque 3 boules de gagne sur l'avant dernière mène.(12-7) ; il ne faut pas que le doute s'installe...
dernière mène : bel appoint, sur lequel le pointeur adverse se perd 3 fois, tir manqué de Charbonel qui reprend de sa dernière ; nous avons 5 boules en main et je reprends de ma 2eme boule : inespéré, on est en finale pour affronter les Bellerivois Métayer-Guillaume vainqueurs 13 à 2 de Romano - Benahmou et impressionnants depuis le matin.

Déja heureux d'en être arrivés là, on se dit que de toute façon nous n'avons rien à perdre face à une formation qui part largement favorite : encore une fois il faudra baser notre jeu sur l'appoint et le jeu long, essayer de bien jouer en faisant abstraction à l'enjeu et ne pas avoir de regrets au final.

Quelques Thiélois venus faire le mixte restent regarder la finale : Philippe, Pascale et Florian Pautonier ou encore Mickaël Pasquet ; je leurs dis que si on comparait cette finale à du foot ce serait une opposition entre ligue 1 et CFA toutes proportions gardées bien sûr........
Ils nous encouragent sachant comme tout le monde que l'opposition parait un peu déséquilibrée
(Philippe me dira le lendemain qu'il n'aurait pas misé un kopek sur notre victoire) : néanmoins nous n'avons pas le droit de partir battus dans une finale de championnat d'Allier, il faut se battre avec nos forces et nos faiblesses et surtout continuer de prendre du plaisir comme depuis le début.

18h : c'est parti ; le but de la finale est envoyé par Annie Allier secrétaire du CD 03 à 17 mètres environ ; ce n'est pas un jeu trop court, tant mieux.
Patrice (Métayer) est court de sa 1ere et je rentre à 25 / 30 (environ) sur le côté : nos adversaires passent toutes leurs munitions sans reprendre ; pire pour eux, ils nous laissent une belle ouverture dans laquelle nous nous engouffront pour marquer 5 points : le départ parfait....celui qui donne confiance.
Les 2 mènes suivantes seront serrées mais à chaque fois Laurent Guillaume fait la différence en frappant 1 boule à chaque fois: à l'issue de la 3eme mène le score est de 5 à 2.
4eme mène : ( 16 m environ) point moyen de Métayer que je reprends ( 30 environ sur la gauche ) le pointeur adverse reprenant à moins de 25 côté opposé ; tir manqué de Gérard et on serre le jeu, mon partenaire reprenant de sa dernière à 15 devant le but : le tireur adverse s'élance, saute tout juste la boule et ....tombe sur le but qu'il envoie aux planches ; c'est le jeu.... mais surtout 3 points pour nos adversaires qui égalisent à 5 partout : tout est à refaire.
5eme (16 m environ) : mène équilibrée où l'on reprend l'avantage en marquant 1 point ( 6 - 5 ), on va pouvoir rallonger...
6eme ( 19 m ) : je rentre à 30 / 35 sur le côté (beau point à cette distance) et Patrice reprend immédiatement ; compte tenu de la distance nous ne tirons pas, il ne faut pas se découvrir et serrer le jeu : Gérard reprendra finalement de sa dernière boule ( bouchon de côté !....) : j'ai peur que le but démarre sur le tir adverse, mais Guillaume n'est pas droit et enlève sa boule ; ses 2 tirs suivants sont manqués et pour l'instant on se retrouve avec 6 points au tapis dont 5 à moins de 50 (j'ai une boule à 1 mètre environ) et le point de Gérard quasi ingagnable (encore que...) ; Patou Métayer avec 2 boules n'a pas vraiment droit à l'erreur ; de sa première, il vient se coller à notre boule qui embouchonne sans toutefois reprendre !...exceptionnel..........il manquera sa dernière et l'on marque un nouveau point : c'est peut être ....et certainement le tournant de la partie.

D'autant plus qu'à la mène suivante (la 7eme encore jouée à plus de 18 m), on va creuser un peu l'écart à la faveur de 2 nouveaux points : 9 à 5 ; on se retrouve à 4 points du titre avant d'entamer une 8eme mène et un jeu toujours aussi long qui gêne nos adversaires : résultat 2 points supplémentaires et Laurent qui glisse à son partenaire qu'à cette distance il ne trouve pas la précision, surtout au tir. (11 à 5 ).
Je préviens Gérard que rien n'est fait et qu'il faut continuer sans relache surtout que sur la passe suivante nos adversaires réduisent le score à 11 - 6 (9 mène) .
10 eme mène : ma 1ere boule est à à 60 derrière ; elle est déja là et j'ai le point ; pas de quoi
s' enflammer toutefois ; je reste en bout de cadre et je glisse à Philippe (Pautonier) que je crois "rêver" ; non ce n'est pas possible, 3 boules adverses jouées puis 4 sans reprise... : la dernière sera finalement la bonne et Laurent Guillaume reprend de belle manière avec un point à 40 devant légèrement décalé du but.
En faisant mon pas pour pointer, je trouve une petite ouverture entre 2 boules adverses : pour gagner il faut soit pincer le but et le trainer vers ma première boule (60 derrière le but) ou rentrer 2 fois "nature" ; pas facile mais réalisable avec encore 5 boules : ma 1ere part bien droite, légèrement plus fort que le jeu et passe dans l'ouverture ; elle va prendre le but......non, elle l'évite pour 2 ou 3 centimètres et je vois Laurent sauter au même moment, le coup est passé si près.... ; je rejoue ma dernière de la même manière mais cette fois je suis un peu bas et je viens pousser la boule du point pour la remonter à 20 du but sur le côté ; Gérard, avec 3 boules peut encore gagner en prenant le but : court à sa 1ere, ses 2 tentatives suivantes seront vaines : on vient tout simplement de manquer la gagne, même si elle n'avait rien d'évidente et finalement je ne rêve pas ; 11 à 7 au score et tout reste possible.

11 mène : nos adverses raccourcissent à moins de 16 mètres et Patou Métayer reste court de sa 1ere.
Je viens à 25/30 (environ) de côté ; après un second appoint à 50 de côté (Patrice) Laurent s'élance pour tirer mais n'est pas droit ; avec 3 boules en main les longuistes Vichyssois ne reprennent pas.

Je dis à Gérard qu'avec 5 boules on n'a pas le droit de manquer une seconde gagne (celle ci plus facile) : je prends mon temps et savoure le moment sans excès de confiance ; je suis quasi certain que c'est gagné ; ma boule part bien droite, c'est certain, elle a la distance et va même embouchonner trainant le but sur une poignée de centimètres : c'est fini ; je n'exteriose pas mon immense joie intérieure pas respect pour mes adversaires qui nous félicitent Gérard et moi, reconnaissant que nous avons mieux joués.

Embrassades de plusieurs supporteurs ou supportrices que je remercie encore ; il est plus de 20 h et je vais passer un peu de temps avec mon portable et ceux que l'on me tend tour à tour.
Gérard me dit qu'il n'arrive pas à réaliser et je suis un peu comme lui : au fait, c'est où le championnat de France, dans le 06 ? oui à Mouans Sartoux : connais pas ; après renseignement, petite ville aux environs de Cannes : le pays du provençal finalememt....
On boit un coup, Annie Allier me passe Joël (Govignon) , président du comité, on reparle de la finale : que des moments de bonheur qu'il faut savourer : ceux là sont rares.

Déja 21h, il est quand même temps de rentrer : Gérard me dit avec humour qu'il aimerait bien faire un concours avec mois fin août prochain : avec plaisir Gérard.....on reprend donc nos portables respectifs et il me promet de venir participer à notre régional du 1er mai avec ses amis Roannais.
50 minutes pour rentrer pendant lesquelles je revois tout le déroulé de ce fabuleux week end ; j'ai le temps de repenser à l'année du 1er championnat provençal en 1983 : 4 concours (1 par secteur) et classement aux points : au final les Moulinois G. Brunot, M Hombreux et JC Robin seront les premiers champions du CD 03 obtenant du même coup un visa pour les " France" à Draguignan(83) ; avec mes copains Marc Alexandre et Pierrot Thevenet de la Moulinoise on échoue de peu à la seconde place....
Je me souviens aussi des 3 finales perdues en 1988 et 1993 ( j'étais alors licencié à la Moulinoise) ou 1999 où cette année là, M Valentin, JC Favier et....P Métayer nous avaient barré la route dans ce même boulodrome (je faisais alors équipe avec Ph Reigner et M Moreira pour le compte de la Pétanque Thiéloise).
Mais ce titre 2010 avec Gérard venait gommer certainement mon plus mauvais souvenir au jeu provençal qui remonte à juin 2006 : concours de rattrapage à Cérilly pour qualifier une 3eme équipe départementale aux "France" à Bellerive en plus des 2 finalistes du championnat ; avec F Bachelet on parvient en finale face à Driessen - Auclair de Bourbon : partie où on va un peu se prendre la tête avec mon partenaire et finalement s'incliner très logiquement.

Cette fois, c'est fait je vais pouvoir participer à un championnat de France dans cette discipline ; 20 ans que je n'ai pas connu ce bonheur, avec Brive (1990) ou Lyon (1987) en pétanque.
A peine 22 h et je retrouve mon épouse qui me félicite tout comme ma fille ainée qui me demande combien j'ai gagné : rien en espèces (c' était un championnat) mais à part ça un titre départemental, une qualification aux France et l'amitié d'un partenaire occasionnel, ce qui est déja beaucoup.....

Rédigé par HERVE GIRARD le Mercredi 17 Février 2010 à 12:21

L'Actualité Boulistenaute.com