Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur




Association de Défense et de Promotion du Jeu Provençal
> La Boutique Boulistenaute

102éme Provençal CASINI RAVOTTI JULLIEN : SAINT MAXIMUM !

Vendredi 26 Juillet 2019



André JULLIEN monta légèrement la jambe sur son dernier pas si caractéristique, trajectoire parfaite, choc métallique, secousse tellurique et joie indescriptible dans une sarabande improvisée pour ce frappé gagné unique avec ses potes Julien RAVOTTI et Roger CASINI, et point final de 102éme Provençal de haute lutte au grand dam des valeureux finalistes Gérard SIGAL Marvin ROMERO et David SORRENTINO qui n'avaient pas démérité...


Pour parler de ce Provençal 2019 comment ne pas commencer par Little Big Man vous l'aurez reconnu Roger CASINI, coqueluche du public dans le carré, numéro un à l'applaudimètre d'avant finale, le gentleman de Saint Maximin est enfin parvenu à inscrire son nom au Palmarès du Provençal à 72 printemps..."Fais de ta vie un rêve...Et de tes rêves une réalité..." voilà l'élégant petit bonhomme au sourire inaltérable pouvait succomber à l'émotion et lâcher ses larmes de joie avec cette formule assurément inoubliable "j'ai jamais eu autant de frissons qu'en cet été..." Et comme ne pas évoquer cette équipe apparemment constituée à la dernière minute et qui a su développer les plus belles affinités jusqu'à la parfaite alchimie avec l'armoire Julien RAVOTTI en pointeur envoyeur et le discret mais au combien efficace André JULLIEN en artilleur de gala.


Du côté de SAINT MAXIMIN et de la Boule Provençale chère à Dédé PAYAN on pouvait faire la fête et sabler le champagne, assurément dans ce fief du Jeu Provençal déjà pourvoyeur en vainqueurs du Provençal comme Serge BREMOND (encore en quart cette année...) Serge LOMBARDI  Dédé GASTALDI ou naguère Dédé DOZOL BENEDETTI et BARLES les anciens...



Alors feed back sur une finale quelque peu décousue, où dans un premier temps les rouges de CASINI prenaient un bon départ pour virer à 6/0 en trois passes avec un coup de chance à la 3éme méne ponctuée de 3 points...Une boule manquée de justesse avec un but qui sortait sur une mène qui paraissait favorable et voilà que l'équipe SIGAL se reprenait à la faveur de meilleurs appoints de Marvin ROMERO qui campait au but pendant 3 mènes bien secondé par David SORRENTINO qui ajoutait bien lui aussi...La team SIGAL virait alors en tête 7/6 et semblait totalement remise en selle, mais patatras un but envoyé un peu loin, des appoints à nouveau approximatifs et l'équipe CASINI qui semblait à l'agonie se refaisait une santé avec 3 nouveaux points pour reprendre le maillot à 9/7...Après deux jets de buts non valides des varois, l'équipe SIGAL décidait de laisser le but à 18 métres sur le côté et hélas pour elle le grand RAVOTTI entamait bien par un joli point qui allait écouler les six boules adverses...Patiemment les futurs vainqueurs pointaient pour rentrer, et ainsi arriver au fameux frappé gagné évoqué en introduction, sur lequel André JULIEN ne tremblait pas et faisait basculer son équipe dans la folie et soulever les supporters dans les tribunes...Une finale comme tant de finales où l'enjeu a pris le dessus sur le jeu et ou seul André JULLIEN dans ses tirs et Marvin ROMERO dans ses appoints (élu meilleur joueur de la finale) ont réellement tiré leur épingle du jeu.



Un peu à l'image de cette 102éme  édition du concours, où chaque jour aura vu son lot de surprises et ses têtes couronnées tomber, comme si ceux devenus favoris le temps d'une soirée devaient être dans l'éphémère pour chuter le lendemain...Mais c'est quand même à noter, la quasi totalité des spécialistes étaient au rendez vous des huitiémes de finale mercredi matin hormis la team KERFAH MATRAGLIA MELLADO (grande favorite) battue express par PIRONTI GRISERI ASSIGAL en 32éme au terme d'une non partie...


Ensuite les équipages GOMEZ A, TERRENO, HERZOG, SECCHI, PIRAS, KOURANE, NEGREL, CANU, GOMEZ F, BEN MOSTEFA, PIRONTI  entre autres échouaient avant que les équipes STIEVENART LASSABLIERE REINHARDT (contre les tenants du titres de LANZI) BRANDELLO PLAN et MARRALE (battus par CATUREGLI), GREGOIRE SANCHEZ P et PAOLUCCI (contre SIGAL) et BREMOND OLLIVIERI MARTINEZ (contre CASINI) ne cédent en quarts aux portes du stade.



En demies dans la fournaise du carré, dressé prés du bassin dans le prolongement du Château Borely, CASINI et le siens mâitrisaient sans suspens les tenants du titre Denis LANZI Michel DAINA et Benjamin PELLEGRINI auteurs à nouveau d'un grand concours et qui en étaient à leur 18éme partie sans perdre depuis l'an dernier ! Bravo messieurs !

Dans l'autre demie SIGAL et les siens prenaient un peu plus de temps pour mettre à la raison les accrocheurs et talentueux tropéziens de Gilles CATUREGLI Pascal MARTEL et Gilles TROPINI battus à 7 et qui ne pouvaient retrouver la finale qu''ils avaient atteint ici même en 2013 (perdue contre BEN) et malgré un parcours remarquable où ils avaient écarté de grosses parties (dont SALOUM MARCHAND POURROY et BEN MOSTEFA ROUVIN GIORDANENGO...)



Alors c'est vrai on a senti un renouveau sur ce Provençal avec 768 équipes (+41 VS 2018) mais cela reste fragile et il y eut une vraie ombre au tableau avec l'indisponibilité du Parc Borely le dimanche matin pour l'ouverture en raison de la tenue très discutable et malvenue d'un Triathlon peu suivi...On a noté aussi quelques couacs dans l'organisation, notamment plus de polos à partir des 16émes (restrictions budgétaires ?) et pour le Petit Provençal (remporté par Eric et Kevin ONDE associé à Stéphane COLOMBO contre Claude GUIDONI Claude PANZANI et Maurice MOULET devant 102 équipes) une gestion des terrains hasardeuse, mais cela devrait être gommé l'an prochain, espérons le. 



Voilà à l'heure ou résonnait la COUPO SANTO dans la plus pure tradition du Provençal, un petit bonhomme qui avait quasiment tout gagné pouvait lever une coupe presque plus grande que lui, sécher les larmes de ses yeux bleus et rire aux éclats avec ses deux co équipiers...CASINI RAVOTTI JULLIEN les joueurs de SAINT MAXIMIN étaient au paradis, au SAINT MAXIMUM !




Vincent MEGER "Raoul30" - Juillet 2019. 



 



Vincent MEGER






{partial} {/partial}